Fédération de la Dordogne du Parti Socialiste
Actualités

Pour une Primaire de toute la Gauche




En annonçant son choix de ne pas se présenter à la prochaine élection présidentielle, François HOLLANDE a pris une décision morale et politique. Il a ainsi clairement indiqué au peuple français que son destin personnel n’était rien face aux défis que notre pays doit relever.

Conscient de l’incertitude que sa candidature aurait créée, il a préféré s’effacer pour favoriser les conditions nécessaires au rassemblement de la Gauche.

Dans toutes les sociétés occidentales, les discours de régression ont le vent en poupe comme l’ont montré les récents résultats électoraux en Grande-Bretagne, aux Etats-Unis ou bien en Italie. Partout, la colère des peuples s’exprime par des votes antisystème portant au pouvoir des élus pourtant très souvent issus du système mais tenant les discours les plus populistes et les plus rétrogrades.

Cette révolution conservatrice est également à l’oeuvre en France. Ainsi, quand la famille Le Pen ambitionne de se rapprocher un peu plus encore de l’Elysée, la droite française, qui avait pourtant la possibilité de choisir la stratégie de l’union nationale d’Alain Juppé, préfère désigner François FILLON, champion de la casse sociale et de la régression morale.

Aujourd’hui, le danger est bien réel et sans union de la gauche dès les Primaires, les forces de progrès ne seront pas présentes au second tour de l’élection présidentielle. C’est une évidence.

Alors que le Parti Socialiste essaie de construire cette union depuis le mois de janvier, il n’est pas trop tard pour construire une convergence en vue des élections présidentielles et législatives, afin de barrer la route à l’extrême droite et à une droite qui s’extrémise.

Si nous voulons donner une chance à la gauche, elle doit, dans son intégralité, accepter de débattre sereinement dans le cadre d’une Primaire qui permettra de désigner celle ou celui qui la représentera en 2017.

Oui, si elle veut exister, c’est la Gauche toute entière, de Jean-Luc Mélenchon à Emmanuel Macron, en passant par Sylvia Pinel et Yves Jadot, qui doit participer à cette désignation.

Face au danger du populisme et du conservatisme thatchérien, la Primaire de toute la Gauche est désormais la seule possibilité de rassembler une famille aujourd’hui désunie. Qui a peur de quoi ? N’est-il pas dans nos gènes de débattre, de défendre nos idées et nos visions de la société, pour, au final, laisser le peuple de gauche désigner son candidat ?

Comme l’a écrit Olivier DARTIGOLLES, porte-parole du PCF le 22 novembre dernier dans le journal Libération, « il y a décidément trop de légèreté et d’irresponsabilité, pas assez de rassemblement, pour trop peu d’espoir. A moins de penser qu’il peut y avoir quelque chose de bon à tirer de ce désastre programmé, ce que je ne crois pas, l’heure est au discernement ».

Pour que le discernement l’emporte, j’en appelle à la mobilisation de tous les progressistes. Il est encore temps de mettre de côté les ambitions personnelles et de faire primer l’intérêt général de la Gauche en acceptant de participer à cette Primaire.

Olivier CHABREYROU
Premier Secrétaire fédéral

Olivier Chabreyrou