Fédération de la Dordogne du Parti Socialiste
Actualités

Lettre de Germinal Peiro




Mes chers camarades,

En 1997, en 2002, en 2007 et en 2012, vous m'avez accordé votre confiance pour représenter le Parti Socialiste aux élections législatives.

Fort de cette confiance et de celle toujours renouvelée des électeurs de la 4ème circonscription, j'ai eu l'honneur d'exercer les fonctions de député durant 20 ans.

Au cours de ces quatre mandats, j'ai siégé chaque semaine à l'Assemblée Nationale. Membre de la commission de l'économie, je me suis totalement investi au plan législatif dans des domaines aussi divers que le sport, le tourisme, l'aménagement du territoire, la protection de l'environnement, la défense du monde agricole ou les droits fondamentaux de la personne humaine.

J'ai accompli ce travail avec passion, soucieux de faire évoluer le droit en tenant compte de la réalité de la vie de mes concitoyens.

Aujourd'hui, je viens vous annoncer officiellement que je ne briguerai pas un nouveau mandat de député.

Vous le savez, sous les gouvernements de Lionel Jospin et de Jean-Marc Ayrault, le Parti Socialiste a présenté des textes de loi pour limiter le cumul des mandats. Ces textes, je les ai votés et ils s'appliquent à tous. Ainsi, dès le renouvellement de juin 2017, un député ne pourra plus exercer une fonction exécutive dans une collectivité : maire ou adjoint d'une commune, président ou vice-président d'un Conseil Départemental ou Régional.

L'heure du choix étant venue, j'ai décidé de ne pas me représenter aux élections législatives et de me consacrer à mes fonctions de Président du Conseil Départemental de la Dordogne.

La Présidence de l'assemblée départementale nécessite une présence constante. Je suis fier, avec mes camarades conseillers départementaux socialistes et apparentés et avec les élus du groupe communiste, de mener une politique de gauche faite de justice et d'équité, tournée vers la solidarité, le développement économique, la protection de l'environnement, la jeunesse, la vie associative, culturelle et sportive.

Pour les prochaines élections législatives, je m'engagerai totalement pour que mon successeur soit un député socialiste.

Tout d'abord, j'indiquerai mon choix dans la désignation du camarade chargé de défendre nos idées et de porter nos valeurs.

Ensuite, je prendrai part activement à la campagne, comme je le ferai pour la Présidentielle, en défendant le bilan de ce quinquennat et en soutenant les propositions du Parti Socialiste.

Sur le bilan, je rappellerai les avancées sociales réalisées en dépit de la terrible crise économique que nous avons subie : la retraite à soixante ans pour les carrières longues, une assurance mutuelle pour tous, la création du compte pénibilité, la généralisation du tiers payant, la revalorisation des retraites agricoles ou encore le relèvement du point d'indice des fonctionnaires…

Je rappellerai la stabilisation de l'avancée du chômage, le rétablissement des comptes publics, le rééquilibrage des comptes de la Sécurité Sociale.

Je rappellerai également la priorité donnée à la jeunesse avec la création de 60.000 postes dans l'Éducation Nationale, mais aussi à la sécurité et à la justice.

Je rappellerai enfin le travail fait en matière de protection de l'environnement et le formidable succès de la COP 21 à Paris, qui permet enfin une politique planétaire contre le réchauffement climatique.

Sur les propositions que notre Parti soumettra aux Françaises et aux Français, je suis confiant. Nous montrerons que malgré les difficultés actuelles, nous pouvons proposer de nouvelles avancées sociales, économiques, sociétales et environnementales.

Nous montrerons une nouvelle fois que le Parti Socialiste reste le parti du Progrès face à une droite qui reprend son programme de régression sociale et de cadeaux aux plus aisés des années 1990.

Mes chers camarades, nous devons nous préparer à mener les combats des élections présidentielles et des élections législatives.

Nous le savons tous, il serait beaucoup plus confortable de suivre la gauche protestataire qui peut d'autant mieux promettre qu'elle sait qu'elle ne gouvernera jamais.

Ce n'est pas notre choix. Ce n'est pas le choix du Parti Socialiste.

Nous assumons le fait de gouverner et de nous confronter au réel. C'est notre honneur. Quels que soient nos interrogations et nos états d'âme, gardons à l'esprit l'essentiel. La gauche a besoin du Parti Socialiste si elle veut accéder aux responsabilités.

Les Françaises et les Français ont besoin du Parti Socialiste, qui reste le seul à pouvoir conduire une politique de transformation sociale au service des plus faibles et des plus démunis.

Mes chers camarades,

Pour mener ces combats, vous pourrez compter sur moi comme le militant engagé que je suis et que je resterai.

Avec mes amitiés socialistes,
 
 
Germinal PEIRO

Fédération De la Dordogne